La Barcelonnette 2016

Barcelonnette - Le Sauze

 

Les Cyclosportifs récoltent presque 42 000 € pour MSF!

 

Le 8, 9 et 10 septembre 2016, 33 Cyclosportifs pour MSF ont séjourné à Barcelonnette, un village des Alpes françaises, afin de relever le défi montagneux.

Le mercredi soir, les participants sont arrivés un à un. Ils se sont préparés directement pour le jour suivant, l’ascension du Col de la Bonette (le col asphalté le plus haut d’Europe).

 

Col de la Bonette, 2807m

Jeudi matin, le groupe s’est réveillé sous un soleil brillant, qui a continué à briller toute la journée. Aucun nuage dans le ciel, excepté dans la montage de 2807 mètres qui attendait le groupe. C’est avec la bonne humeur qu’ils ont gravi le col deux à deux, chacun à son propre rythme pour cet énorme défi du jour. Ce fût une expérience fantastique.

Tous les participants ont testé leurs jambes pour la première fois dans le plus haut col et ont pédalé jusqu’en haut. La longueur du col a permis de veiller à la distance entre les participants, mais une fois en haut, chacun était content et fier de la performance réalisée. La vue était phénoménale et après une longue montée, la bière de Barcelonnette a eu un goût particulièrement bon.

Se reposer c’est aussi du sport

Heureusement, le vendredi était un jour libre (what’s in a name) afin de reposer les jambes et de profiter de la piscine de l’hôtel. Cependant, cela s’est déroulé en-dehors des Cyclosportifs, pour ceux qui voulaient quand même rouler à vélo, se promener ou visiter des musées. Rester assis, c’est compliqué pour ceux qui gravissent des montagnes à vélo pour le plaisir (et pour la bonne cause). Le soir, un briefing traditionnel a eu lieu pour le Jour J. Comme souvent, plus le moment du départ arrivait, plus la tension a commencé à monter. Les participants sont parvenus à un accord, ont discuté de la nourriture et des boissons ainsi que des stratégies à suivre afin d’atteindre le point d’arrivée. Chacun est ensuite parti dormir.

 

Jour J

Samedi, la plupart des réveils ont sonné très tôt. Sept coureurs ont opté pour le parcours le plus difficile et une partie d’entre eux s’est levée à 6h pour rouler à vélo dans la pénombre. Les autres participants ne se sont pas fait attendre, tous les coureurs étaient prêts à partir à 8h. Le trajet était si organisé que les coureurs du parcours A ont rattrapé les coureurs du parcours B et par conséquent, se sont rencontré au long de la journée. Cela a renforcé le sentiment et l’appartenance au groupe. Comme chacun roulait à son rythme et qu’une éventuelle tempête pouvait arriver, deux voitures étaient à disposition et suivaient les coureurs. Heureusement, le temps est resté correct et tous les coureurs ont roulé entre 3h et 4h l’après-midi sous un beau temps. Hormis une éruption de pneus crevés, tout s’est bien déroulé. Le Col d’Allos (2250m) était pour la plupart des coureurs le premier col de la journée et a été monté rapidement.

Sur le Col des Champs (2087m), cela faisait une semaine que la route avait été refaite, ce qui a facilité la montée. C’était clairement nécessaire car ce col reste souvent difficile à monter et n’est pas de tout repos pour les coureurs. La descente était belle et a mené directement au village de Saint-Martin-D’Entraunes. Quelques coureurs se sont arrêtés dans ce village pour manger quelque chose avant de commencer le dernier défi de la journée, le magistral Col de la Cayolle (2336m).

Magistral mais également très difficile ! Ce dernier col de la journée a représenté le plus grand défi pour beaucoup de coureurs, surtout dans les cinq derniers kilomètres. Parfois en fonction des virages, parfois en fonction de la vitesse, parfois en fonction du caractère et parfois en fonction des limites des muscles mais tous les sportifs sont arrivés en haut du col.

Une longue descente fût leur récompense, la tempête était déjà arrivée, avec pour certains une averse de grêle et/ou des doigts froids en conséquence. Mais, à 19h, les derniers coureurs sont revenus à l’hôtel et ont pu se reposer avec une bière fraiche et une série d’histoires à raconter. Et un soulagement pour tout le monde : le but était atteint ! Puis la nouvelle vint que le montant recueilli avait fortement augmenté dans les jours avant le jour J et que le succès était complet.

Félicitations pour avoir apporté tant de camaraderie et de persévérance tout au long du trajet. C’était trois jours plus que réussis à Barcelonnette !

 

Alexander Coppens et Pieter De Messemaeker,

Cyclosportifs pour MSF